Comment comprendre l'éveil confusionnel et ses implications

3 juillet 2024

Connu sous le nom d’inertie du sommeil ou d'ivresse du sommeil, l'éveil confusionnel est marqué par un comportement inapproprié lors de la transition du sommeil au réveil. Quels sont les signes qui indiquent le trouble du sommeil ? Quelles sont les mesures à prendre pour éviter les éveils confusionnels au réveil ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur l'éveil confusionnel dans cet article.

Qu'entend-on par éveil confusionnel ?

L'éveil confusionnel est un trouble du sommeil répertorié dans le groupe des parasomnies, au même titre que le somnambulisme, la catathrénie, les rythmies du sommeil ou la somniloquie. Cette anomalie se produit au moment du réveil et engendre un état de confusion, voire des hallucinations chez la personne atteinte. La personne endormie donne l’apparence d’une personne en éveil, mais son comportement peut révéler qu’il est encore en partie endormi.

Cela peut vous intéresser : Les secrets de la bronchite: comment soigner et prévenir cette maladie?

Les éveils confusionnels, à l’inverse des rêves, cauchemars ou des paralysies du sommeil qui ne se manifestent qu’en sommeil paradoxal ou au milieu de la nuit, ne laissent aucune trace dans la mémoire des personnes concernées. Vous pouvez lire plus de documents pour en savoir d’avantage sur l’éveil confusionnel.

Que peuvent être les causes de l'éveil confusionnel ?

Il existe divers éléments qui peuvent aggraver le risque d'éveils confusionnels. En premier lieu, les horaires de travail en rotation : ce planning de travail peut causer une confusion et une perte de repères au moment du réveil. De même, les professions impliquant un travail de nuit peuvent rendre le réveil difficile et déclencher des comportements confus chez le dormeur.

Lire également : Comment réduire les risques de caries dentaires chez les enfants?

Les éveils confusionnels peuvent être déclenchés par les autres troubles du sommeil, comme:

  • L’hypersomnie ;
  • L’insomnie ;
  • Ou encore les troubles du rythme circadien du sommeil.

Une étude de l’université de Stanford rapporte que dans la plupart des cas, les personnes relatant de tels épisodes montraient également un trouble du sommeil.

Le manque de sommeil est aussi un facteur favorisant l’apparition de l'éveil confusionnel. Environ 20 % des personnes qui dorment moins de 6 heures par nuit et 15 % de celles qui dorment au moins 9 heures par nuit seraient sujettes à des épisodes de réveil confus.

L’ivresse du sommeil peut également être causée par le stress, ainsi que des troubles bipolaires et dépressifs. En effet, parmi les sujets de l'étude qui présentaient des épisodes confusionnels, 37,4 % étaient atteints de trouble mental. Les personnes souffrant d’alcoolisme, de panique, de stress post-traumatique et d’anxiété étaient plus prédisposées à connaître des épisodes d'éveil confus. De plus, 31 % des participants consommaient des médicaments psychotropes tels que des antidépresseurs.

Quels sont les symptômes de l'éveil confusionnel ?

Lorsqu’il est atteint d'éveil confusionnel, l'individu peut se sentir désorienté. Il peut ne pas répondre lorsque vous lui parlez, il peut avoir une élocution lente ou une pensée confuse. Certaines personnes confondent le réveil avec un appel téléphonique et pensent à décrocher un appel au lieu d'éteindre le réveil, restent de marbre en fixant leur interlocuteur, ce qui peut être interprété comme de l’hostilité ou de l’agressivité. Les périodes d'ivresse du sommeil sont généralement de courte durée, ne dépassant généralement pas les 10 minutes.

Détermination de l'éveil confusionnel

Si vous êtes en état d'ivresse du sommeil, vous ne vous en rendrez pas compte, à moins qu'une autre personne vous le dise. Les personnes endormies ne se souviennent généralement pas de ces épisodes. Pour confirmer que vous êtes atteint d'éveils confusionnels, il est recommandé de consulter un spécialiste du sommeil. Ce professionnel vous demandera de fournir vos antécédents médicaux détaillés et de tenir un journal du sommeil pendant plusieurs semaines. Il est possible que vous deviez effectuer une polysomnographie en laboratoire pour surveiller votre respiration et les mouvements de vos membres pendant votre sommeil.

Copyright 2024. Tous Droits Réservés